Viande d'agneau
Ferme de Pics et Piques
 

Crédit photo : La Gazette 

 

La ferme est située sur la commune d’Olmet, en moyenne montagne, au lieu dit le Chauffrut. Le nom du hameau signifie Chaud-fruits, il y a des années les coteaux étaient utilisés pour la production de fraises. Nous,nous contenterons des belles journées d’été pour profiter du beau temps et des nombreux arbres fruitiers présents sur les parcelles de terrains pour presser notre propre jus de fruits.

Cette ferme accueillait jusqu’alors des vaches allaitantes de race charolaise et des porcs (pour l’engraissement)…

Le challenge est donc de taille, redonner une nouvelle âme à ce lieu et le transformer en belle bergerie. Ainsi la porcherie va être démontée entièrement, la seconde abritera dans un premier temps le matériel au sec. Le bâtiment métallique va progressivement s’habiller de bois, et son intérieur va être entièrement repensé pour le confort des brebis et de leurs agneaux. En effet les mères seront rentrées à l’abri pour leur mise bas, afin à la fois de faciliter les adoptions, prévenir les coups de froids et nous faire partager ces moments qui sont chaque fois si magiques.

Et enfin, nous bâtirons (un jour), notre maison a proximité pour être au coeur du troupeau.

 

 

A l’origine du projet, un rêve :

Julien Merle, 35 ans, est tombé dans la marmite quand il était tout petit. En effet c’est sur les collines d’Entremont qu’il découvre les moutons aux cotés de sa grand-mère Andrée. A l’adolescence il oriente ses études en agriculture, puis à l’aube de ses 18 ans il commence à travailler dans une grande exploitation FEDATEST à Mazeyrat d’allier. Il y découvre la diversité des races ovines, mais il y forge aussi son expérience. Pourtant son rêve, son projet c’est d’avoir son propre troupeau et de les mener à sa façon.

Les années passent, Julien découvre plein d’autres univers, construit sa famille, mais son rêve de gosse ne le quitte pas…en 2014 il se décide. La recherche de terres agricoles, les démarches d’installation, le montage du projet, le passage du diplôme reconnu…autant d’étapes à franchir dont certaines seront semées d’embûches.

2015, il trouve enfin une ferme à reprendre, fait la rencontre de Michel, soucieux que son exploitation perdure même si les cochons et vaches devront laisser la place aux moutons…la famille va devoir reconstruire une nouvelle page de son histoire dans un autre endroit mais poursuivre ses rêves, c’est donner du sens à sa vie !!!


Respecter la terre…
Les animaux évoluent sur une quarantaine d’hectares de prairie naturelles (dont 5 hectares en altitude), de prairie humides et sous bois. Le fourrage d’hiver est issu de la récolte des foins et regains de l’année.
Sur la ferme, nous n’utilisons aucun engrais chimiques, aucun pesticides bien sur. En effet pour enrichir la terre, nous apporterons du compost (issu du fumier de moutons) uniquement. Respecter la terre s’est accepter des rendements inférieurs, c’est lui laisser le droit de se reposer mais c’est aussi éviter les chargements importants (nous tendrons vers les  0.7 UGB/ha).


 
Respecter l’animal…
Pour prévenir les maladies nous utilisons des remèdes naturels reconnus : du kéfir pour limiter la prévalence des maladies digestives, de l’huile de cade pour les inflammations, les boiteries et toute l’homéopathie à notre disposition en fonction des besoins.
Respecter l’animal , c’est aussi lui donner des conditions de vie agréable (une aire paillée,  suffisamment d’espace). C’est aussi laisser les agneaux sous leur mère au moins deux mois, pour leur permettre de profiter de l’immunité naturelle de leur mère, du bon lait et favoriser les temps d’adoption. De plus les agneaux sortent dès les beaux jours, ainsi ils sont moins gras mais davantage musclés (tandis que certains les engraissent en bergerie pour limiter leurs mouvements).
Respecter l’animal enfin c’est ne pas forcer la nature, en ne faisant pas d’insémination artificielle mais une lutte naturelle (avec des béliers), en réalisant un seul agnelage par an par brebis, et en laissant aux agnelles le temps de grandir avant leur première portée.

Respecter l’humain enfin !
C’est en s’assurant que nos animaux mangent des produits sains, produits dans des conditions respectueuses de l’environnement, que nous savons que nos animaux sont sains.  Aussi c’est en étant maitre de pratiquement tous les rouages que nous pouvons garantir aux consommateurs nos produits. En effet seul l’abattage et la découpe ne sont pas réalisés sur l’exploitation. Mais c’est aussi en étant à l’écoute des autres, en maintenant le dialogue que nous nous améliorerons.
                                                                                                                            

Contact
Ferme de Pics et Piques
MERLE Julien
Le Chauffrut
63880 OLMET

Mail : elsajulien@orange.fr
Tél. : 04.73.94.21.41
Port. : 06 50 05 28 14
https://lafermedepicsetpiques.wordpress.com/ 


 
Actualités
Oct 10 2017
Prochaine Utopiade
Prochaine Utopiade "Retour au lait cru, il y a urgence !" le vendredi 20/09/2017 à la Gare de l'Utopie à Vertolaye
Oct 10 2017
Compte-rendu du dernier Conseil d'Administration
Le compte rendu du Conseil d'Administration du 25 septembre 2017 est en ligne
Mar 27 2017
Le Moulin de la Charme est sur Facebook !
Retrouvez la pisciculture de Gaëtan sur Facebook
Mar 27 2017
Carte des bonnes adresses bio dans le Puy-de-Dôme
À retrouver ici !