Les produits
et les producteurs

 

 Chaque producteur a remis à l'association une copie de sa certification ou une attestation de conversion à l'agriculture biologique. Chaque adhérent peut donc en avoir connaissance. Mais qu'est-ce qu'une exploitation certifiée "agriculture biologique" ?
 


Qu'est-ce que l'agriculture biologique ?

Définition extraite du site : www.agencebio.org

L’agriculture biologique est un mode de production agricole spécifique, un ensemble de pratiques agricoles respectueuses des équilibres écologiques et de l’autonomie des agriculteurs.

Visant à la préservation des sols, des ressources naturelles, de l’environnement et au maintien des agriculteurs, l’agriculture biologique est souvent considérée comme un ferment de l’agriculture durable.


L'agriculture biologique : un mode de production spécifique, un signe officiel de qualité

L'agriculture biologique constitue en France l'un des cinq signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine.

- l'Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) ou l'Appellation d'Origine Protégée (AOP) garantit une qualité résultant d'un terroir.

- l'Indication Géographique Protégée (IGP) garantit un lien entre un produit et son territoire.

- La Spécialité Traditionnelle Garantie (STG) garantit un produit traditionnel.

- Le Label Rouge garantit un produit de qualité supérieure.

- l'Agriculture Biologique garantit une qualité attachée à un mode de production respectueux de l'environnement et du bien-être animal.


L'agriculture biologique se distingue par un mode de production fondé notamment sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, la non-utilisation d'OGM (Organisme Génétiquement Modifié), sur le recyclage des matières organiques, sur la rotation des cultures et sur la lutte biologique. L'élevage, de type extensif, fait appel aux médecines douces et respecte le bien-être des animaux.

Tout au long de la filière, les opérateurs de l'agriculture biologique respectent un cahier des charges rigoureux qui privilégie les procédés respecteux des écosystèmes, et non polluants.

 

L'histoire de l'Agriculture Biologique : de la marginalité à la reconnaissance

L'agriculture biologique est née de l'initiative d'agronomes, de médecins, d'agriculteurs et de consommateurs qui, dans les années 1920, ont généré de nouveaux courants de pensées reposant sur des principes éthiques et écologiques, et initié un mode alternatif de production agricole privilégiant le travail du sol, l'autonomie et le respect des équilibres naturels.
 
A l'approche des années 1970, des changements sociologiques importants influencent largement le développement de l'Agriculture Biologique.
 
En 1981, les pouvoirs publics français reconnaissent officiellement l'Agriculture Biologique. Une commission nationale est créée, chargée de l'organisation et du développement de l'Agriculture Biologique en France et de l'homologation des cahiers des charges.
 
Le réglement communautaire 2092/91 concernant le mode de production biologique du 24 juin 1991 a repris en grande partie les principes et définitions des textes législatifs français pour les appliquer dans un premier temps aux productions végétales, puis, le 24 août 2000, aux productions animales.
 
Le 1er janvier 2009, le réglement (CE) n°834/2007 a remplacé le réglement (CEE) n°2092/91 modifié. le réglement (CE) n°889/2008 en définit les principales modalités d'application.
 
Le contrôle des produits de l'Agriculture Biologique

Pour commercialiser des produits issus de l'Agriculture Biologique, tout opérateur (producteur, préparateur, distributeur ou importateur) doit avoir été contrôlé par un organisme certificateur agréé par les pouvoirs publics et disposer des certificats correspondants. Seuls certains distributeurs peuvent bénéficier d'une dispense de contrôle, ainsi que les restaurants pour lesquels une réglementation spécifique entrera en vigueur le 1er octobre 2012.

A ce jour, 9 organismes sont agréés pour le contrôle des produits biologiques en France : Agrocert, Bureau Alpes Contrôles, Certipaq, Certis, Certisud, Control Union, Ecocert, Qualité France, SGS.

Dès le choix de l'organisme certificateur effectué, tout opérateur doit également notifier son activité auprès de l'Agence BIO, ce qui lui permet de figurer sur l'annuaire professionnel des opérateurs en Agriculture Biologique.

Des aides à la certification ont été mises en place dans certains départements et régions.

Les contrôles annuels (approfondis et inopinés) portent sur l'ensemble du système de production : parcelles agricoles, lieux de stockage, transformation, comptabilité, conformité des recettes et produits correspondants, garanties données par les fournisseurs, étiquettes, etc.

Des prélèvements pour analyses peuvent être effectués afin de vérifier la non utilisation de produits interdits (pesticides, OGM...).

Des certificats sont délivrés par l'organisme certificateur pour les produits jugés conformes à la réglementation au vu des résultats de contrôles.

L'importance de la certification

Les membres de l'AMAP de la Dore ont choisi de contractualiser uniquement avec des producteurs certifiés ou en cours de conversion à l'Agriculture Biologique. Mais pourquoi ?

Pour faire simple, voici trois raisons :

 

- Tout d'abord, nous sommes convaincus que cette agriculture-là est plus respectueuse de la nature et qu'elle permet à ceux qui consomment ses produits de manger mieux. Il ne s'agit pas ici de valeurs nutritionnelles mais plutôt d'additifs, de méthodes... Par exemple, est-ce la même chose de manger une carotte bio et une carotte conventionnelle ? Et bien, nous pensons que non ! La carotte bio, elle aura poussé "tranquillement", sans pesticides, sans être forcée. Son producteur l'aura choisie pour sa performance, son aspect, sa forme, sa saisonnalité, son goût, mais aussi pour sa résistance au transport et pour son rendement.

 

- Ensuite, nous sommes des consommateurs, et la seule garantie que nous avons de manger de "vrais" aliments issus de l'Agriculture Biologique est ce label. Nous avons tous en tête des agriculteurs qui produisent "tout comme". Mais seul un cahier des charges respecté, contrôlé et validé par un organisme certificateur indépendant nous le garantit.

 

- Enfin, un producteur qui choisit de se convertir et de se certifier engage une démarche qui nécessite bien souvent une modification de certaines de ses pratiques agricoles, ainsi que des frais supplémentaires. Un producteur certifié choisit aussi de valoriser son engagement à travers l'inscription d'un label, d'un signe distinctif sur son produit. Il nous semble donc très important de le souligner et de le soutenir.

 
Actualités
Oct 10 2017
Prochaine Utopiade
Prochaine Utopiade "Retour au lait cru, il y a urgence !" le vendredi 20/09/2017 à la Gare de l'Utopie à Vertolaye
Oct 10 2017
Compte-rendu du dernier Conseil d'Administration
Le compte rendu du Conseil d'Administration du 25 septembre 2017 est en ligne
Mar 27 2017
Le Moulin de la Charme est sur Facebook !
Retrouvez la pisciculture de Gaëtan sur Facebook
Mar 27 2017
Carte des bonnes adresses bio dans le Puy-de-Dôme
À retrouver ici !